LES PROBLEMES SEXUELS DES FEMMES

Les problèmes sexuels touchent plusieurs millions de femmes en France et dans le monde, et pourtant bien peu sont celles qui « osent » consulter et rechercher une solution : il est toujours aussi difficile de parler de son problème d'incontinence, de mauvaise sensibilité vaginale, de difficulté à atteindre l'orgasme ou de douleurs lors des rapports. L'histoire veut que ces problèmes soient la conséquence « logique » d'une éducation stricte, de l'accouchement ou du vieillissement. Mais aujourd'hui, les études médicales et scientifiques ont permis de mieux comprendre les différents troubles sexuels qui peuvent survenir à tout âge et à toute période de la vie sexuelle, afin de proposer des solutions efficaces.

PRINCIPES GENERAUX

- Il n'existe pas de traitement « miracle », ni de drogue « magique » pour traiter un problème sexuel, mais différentes solutions thérapeutiques doivent être appliquées en fonction de chaque femme. - Différents problèmes anatomiques, biologiques, hormonaux ou parfois psychologiques peuvent entraîner un même trouble ; il est donc conseillé de consulter un médecin généraliste ou un spécialiste de ces problèmes : un gynécologue, un urologue, un sexologue ou un psychologue. - Il ne faut pas confondre un problème anatomique et un problème passager lié à la fatigue, au stress, ou bien encore avec un problème de couple. - Dans la mesure du possible, il est plus efficace de traiter un trouble sexuel à deux ; il est donc conseillé de s'assurer la collaboration et la complicité de votre partenaire.

LES REACTIONS SEXUELLES

Depuis les travaux de Masters et Johnson, on connaît les principales réactions du corps et des organes génitaux lors des stimulations sexuelles.

- L'excitation sexuelle est d'origine psychique et physique : le nombre et la nature des zones érogènes varient d'une femme à l'autre. L'excitation provoque des réactions générales (rythme cardiaque et respiratoire…) et la lubrification vaginale.

- Le point de départ de l'orgasme est surtout la stimulation du clitoris. Les sensations internes proviennent des contractions involontaires des muscles internes.

Certaines femmes ressentent « moins de plaisir qu'avant » (évolution du couple ? conséquences d'un accouchement ? fatigue ? problème de ménopause ? etc…). Une erreur classique, pourtant souvent retrouvée dans certains journaux, est de considérer qu'un orgasme clitoridien n'est pas un « véritable orgasme ». Enfin pour d'autres, les caresses ou la pénétration sont douloureuses (dans ce cas, il faut bien sûr tenir compte du partenaire).

QU'EST-CE QUE LE VAGINISME ?

Dans le vaginisme, les organes génitaux fonctionnent normalement, le désir et l'excitation sont en général intacts, et l'orgasme est possible. Mais la pénétration est impossible du fait de contractions puissantes et involontaires des muscles du vagin.

D'OÙ PROVIENNENT LES DOULEURS LORS D'UN RAPPORT ?

Les douleurs ou « dyspareunies » peuvent être superficielles ou profondes. Elles perturbent ou empêchent parfois la satisfaction sexuelle. Elles peuvent avoir différentes origines et doivent donc faire l'objet d'un examen gynécologique minutieux à la recherche d'une infection vulvaire ou vaginale, de cicatrices post-chirurgicales ou post-partum, de problèmes hormonaux, ou d'un problème psychologique. Il est fréquent de voir s'installer un cercle vicieux entre la douleur et la « crainte » du rapport (mémoire de la douleur).

QUE FAIRE ?

Le problème est de savoir « faire la part des choses » ; mais en général il faut considérer ces troubles comme un dysfonctionnement corporel, sensuel ou relationnel. Il faut donc avant tout consulter son médecin pour faire un bilan précis et éliminer par exemple une infection. Du point de vue physique, il faut apprendre à mieux se connaître, à mieux utiliser ou maîtriser son corps, à découvrir sa sensualité et s‘y autoriser, et à mieux communiquer.